La licorne

licorneDu latin Unicornus, la licorne s’apparente, de par sa forme et sa taille, à un cheval arborant une corne spiralée au milieu de son front. La corne était noire à la base, blanche au milieu et rouge à sa pointe. La couleur de son pelage varie selon les légendes mais on retrouve plus souvent la licorne blanche, symbole de pureté.

Créature aux yeux d’un bleu profond, la licorne se rapproche également de la chèvre, dont elle a hérité des sabots fourchus et de la barbiche. On raconte que la licorne a le sabot si dur et si tranchant qu’il n’est rien qu’elle ne puisse percer ou fendre. La licorne peut vivre jusqu’à 1000 ans et sa présence est signe de bon augure.

La corne torsadée et unique de cet animal fabuleux possède des propriétés magiques. On dit que cette corne d’environ 50 cm de long faisait office d’antidote contre les venins et les poisons.

La présence de la fameuse corne au milieu de son front a fait de l’animal un être convoité, car la corne, réduite à l’état de poudre, fournissait à qui la détenait une forme d’immunité grâce à ses nombreuses vertus médicinales qui facilitaient la guérison des blessures.

 

La licorne est très solitaire et se mêle rarement aux autres animaux. Elle prend soin de la nature qui l’entoure, et vit à l’état sauvage dans des forêts reculées, à l’écart des hommes où elle peut jouir de sa totale liberté. On dit d’ailleurs qu’une licorne en captivité se laisse mourir. Les licornes sont réputées pour être très craintives ; toutefois, d’après les légendes, elles se laissaient approcher par Merlin, magicien et grand prophète du Moyen-âge qui fit don de la Table Ronde et du Saint Graal. Les jeunes filles pures et dénuées de tout péché, peuvent s’en approcher car elles provoquent une attirance forte chez la licorne, au point que l’animal s’allonge à leurs pieds, se laissant aller jusqu’à poser la tête sur leurs genoux. Mais si la licorne venait à découvrir que la jeune fille vierge en apparence était traversée par des pensées impures, alors celle-ci prenait la fuite après l’avoir perforé avec sa corne.

Les chasseurs, ne pouvant s’approcher de l’animal, certains d’entre eux sont parvenus à les capturer, en se servant de ces saintes pour appât.

 

 

La licorne dispose d’ un caractère pacifique et solitaire. Toutefois, si on cherche à lui nuire ou ne serait-ce qu’à l’approcher, elle peut alors devenir dangereuse. Le tranchant de sa corne et la vitesse à laquelle elle est capable de courir font de la licorne un adversaire redoutable. Grâce à ses atouts, on raconte que la licorne pouvait, en combat, avoir raison d’un éléphant. La licorne déteste particulièrement les éléphants et la raison de cette haine remonte à l’aube du Déluge, lorsque Noé décida d’embarquer un couple de chaque espèce animale sur son Arche. Lorsque la licorne se présenta pour embarquer, Noé dû lui refuser l’entrée, la licorne étant un animal sans compagnon à cette époque, et justifia son refus en indiquant qu’il n’avait plus de place dans l’Arche. C’est à ce moment-là qu’entrèrent le couple d’éléphant, et c’est depuis cet épisode que la licorne nourrit une haine contre les éléphants.

 

Outre sa valeur curative, la corne de l’animal renfermait un pouvoir hautement aphrodisiaque. Broyée en poudre et mêlée à la bave de dragon, la corne avait la faculté de rendre la vaillance au chevalier le plus épuisé, et de lui garantir la fidélité absolue de sa belle. C’est ainsi que, sur les marchés médiévaux, la corne de licorne s’échangeait jusqu’à onze fois son poids en or.

 

La licorne a la capacité de discerner toutes les choses impures et sait neutraliser tous les poisons. On dit aussi que la licorne possède le pouvoir de purifier l’eau, en plongeant sa corne dans la source. . A la cour des Rois de France, la corne de l’animal était utilisée pour déceler la présence éventuelle de poisons dans les mets qui y étaient servis. Si, plongée dans le breuvage ou dans la pitance, la corne se mettait à fumer, alors cela signifiait qu’elle avait été au contact d’une substance empoisonnée.

Les croyances des propriétés magiques de la corne de l’animal ne s’estompant pas les années passant, on utilisa ainsi la corne pour y tailler des ceintures, garantes de protéger de la fièvre celui qui la revêtait. On dit aussi que le foie de la licorne mélangé à du jaune d’œuf suffisait à enrayer la peste.

De nombreux guerriers partaient au combat avec un fragment de licorne dissimulé dans la fonte de leurs armures, dont il s’était pourvu chez un homme de l’art, sorcier, ou encore apothicaire…

 

Dans l’iconographie chrétienne, la licorne représente la Vierge fécondée par l’esprit Saint. Cette corne unique, comparée à un phallus psychique, en fait le symbole de la fécondité spirituelle et par extension, celui de la virginité physique.

Au XIIème siècle, on pense que la licorne incarne l’image emblématique de Jésus qui descend dans l’humanité. La corne de l’animal représente aussi le symbole de la sainteté, du courage et de la chasteté. C’est pour ces raisons qu’on retrouve la licorne dans bon nombre d’armoiries de chevaliers et de seigneurs du Moyen-âge.

 

La licorne médiévale symbolise la puissance exprimée essentiellement par sa corne, mais également la pureté et le faste.

Bien que dotée de vertus curatives, la licorne n’en reste pas moins un animal fort et dont il faut se méfier. Son incroyable perception du vice qu’elle est capable de détecter chez les humains la conduit à châtier d’un coup de sabot mortel les hommes coupables de crime envers autrui.

trois licornes

On recense plusieurs variétés de licornes : la licorne sylvestre, l’alicorne, la pyrocorne, la licorne noire, la rouanicorne, la licorne de féerie, la cryocorne, la chromacorne, la licorne de mer, l’unisus, le zébracorne.

Parmi ces espèces de licornes, trois d’entre elles sont tournées vers le mal. Il s’agit de la pyrocorne, la licorne noire et la cryocorne.

Le pelage de la pyrocorne est d’un rouge sombre, orné d’une crinière et d’une corne composées de feu. Cette licorne est dotée d’un tempérament tourné vers le mal. Elle peut cracher du feu qui enflamme tout ce qui passe à sa portée. Les pyrocornes s’unissent qu’une fois par an pour s’accoupler et se séparent ensuite. La pyrocorne habite dans les cavernes  et se nourrit de champignons et de la vermine qui vit sous la terre.

Tout comme la pyrocorne, la licorne noire se consacre entièrement à maculer et à détruire son environnement aussi souvent que possible.

La licorne noire est la plus dangereuse et la plus maléfique des licornes. Son pelage et sa crinière sont d’un noir de jais, et ses yeux d’un rouge lumineux. Ses sabots sont enflammés et sa gueule est composée de deux rangées de petites dents fuselées comme des rasoirs. Elle se nourrit exclusivement de viande crue et a pour habitude de commencer à manger alors que ses proies ne sont pas encore mortes.

Essentiellement nocturne, cette dernière vit dans les forêts d’arbres pétrifiés. La cryocorne est la 3ème espèce maléfique des licornes. Dotée d’un pelage de couleur blanc voire bleu clair, sa crinière et sa corne s’apparentent à du glaçon cristallisé. Elle vit dans les régions arctiques et peut cracher de sa gueule une petite quantité d’échardes de glace pour vous défigurer.

 

 

Les autres espèces de licorne recensées vivent en accord avec la nature.

La licorne sylvestre, vêtue d’un pelage blanc et munie d’une corne couleur ivoire, est l’espèce à laquelle nous nous référons principalement lorsque l’on évoque la licorne. Herbivore, cette licorne vit, comme son nom l’indique, dans les forêts. Elle a la particularité de jeter son dévolu sur son compagnon et lui demeure fidèle jusqu’à la fin de sa vie.

 

L’alicorne ressemble à la licorne sylvestre. Seule sa corne noueuse et de couleur brun pâle en fait une autre espèce. Elle préfère les forêts plus anciennes où les arbres sont âgés de plus de 500 ans.

 

Dotée d’une toison brun pâle et d’une crinière d’un brun foncé, la rouanicorne vit dans les sables des déserts les plus arides et voyage en troupeaux. Elle se nourrit de rares fleurs, de buissons épineux et de cactus. La rouanicorne est la seule espèce capable de communiquer par télépathie avec ses congénères.

On connaît peu les caractéristiques de la licorne de féerie, car cette dernière possède la faculté de se fondre dans la nature grâce à son pelage vert. Cette espèce doit son nom au fait qu’elle communiquerait régulièrement avec les fées, les elfes et autres représentants du Petit Peuple. Elle vit dans les forêts de feuillus et y est gardienne du peuple des fées.

Dotée d’un pelage tacheté de différentes couleurs, la chromacorne vit en famille dans les plaines herbeuses des climats tempérés. Elle est capable de créer des illusions et de lancer de sa corne des lueurs paralysantes pour quiconque semble vouloir s’en prendre à la nature ou s’attaquer à leurs troupeaux.

La licorne de mer est un animal au corps écailleux représenté par la tête, le poitrail et les membres inférieurs de la licorne et avec une queue de dauphin. Elle vit en solitaire dans les fonds marins et se nourrit d’algues.

 

 

L’unisus est identique à la licorne sylvestre.à l’exception des ailes qui ornent ses flancs. Elle est l’union entre une licorne sylvestre et pégase.

Le zébracorne vit en troupeaux dans les savanes équatoriales, lesquels sont composés d’un étalon, de plusieurs juments et d’une ribambelle de poulains. Elle est dotée de la robe à rayures du zèbre et sa corne est composée de deux torsades, l’une noire, et l’autre blanche. Dotée d’un tempérament nomade, elle parcourt inlassablement la savane et contrôle ainsi que l’herbe sèche dont elle se nourrit ne vient pas à manquer.

Une légende raconte que les licornes, découragées par la méchanceté des hommes, ont disparu du jour au lendemain et qu’elles reviendront le jour où la paix et l’amour régneront sur terre.

Étiqueté , , , , , , , , , , , ,