L’ogre

L’origine de cette créature a fait l’objet de nombreuses discussions : tantôt, on lui attribue une origine hongroise, tantôt une origine celtique.

Quelque soit son origine, le nom « ogre » est apparu en France vers 1300.

Les défenseurs de l’origine Hongroise affirment que les ogres sont les féroces Huns qui avaient la réputation de manger les enfants, et que l’’on a appelé Hunnigours, puis Oïgours, et enfin, par la corruption des ans, Ogres. En celte, on lui attribue une parenté avec le mot Orgetorix, qui signifie « roi des tueurs ».

La plupart des ogres (et ogresses) sont effrayants par leur taille gigantesque, leur force herculéenne et leur apparence repoussante. En effet, ils mesurent environ 2,50 mètres et pèsent 300 kg.

Si les ogres ressemblent aux humains, ils possèdent toutefois des caractéristiques physiques qui diffèrent de l’homme. On sait que ce sont des êtres malhabiles et d’une stupidité inégalable. Etant limité intellectuellement, l’ogre est souvent volé et berné par plus petit que lui.

Physiquement, sa couleur de peau varie (gris, vert, bleu…), mais quelque ce soit la teinte de son visage, celui-ci est généralement couvert de pustules. Il faut savoir aussi que l’ogre dispose d’un champ visuel étroit et bas de par ses petits yeux, enfoncés et injectés de sang. Des légendes racontent que certains d’entre eux sont assimilés aux cyclopes de l’antiquité et possèdent un œil unique au milieu du front. Ces caractéristiques physiques font de lui un géant à la vue étroite et courte.

On attribue à l’ogre un odorat surdéveloppé en raison de la présence de narines larges et épatées au milieu de son visage. Ce flair très raffiné lui permet de sentir à de grandes distances la chair fraîche dont il est avide. Tel un requin, l’ogre possède une bouche large comme un gouffre et pleine de dents pointues et écartées, capables de déchiqueter et de broyer la chair et les os. Enfin, n’oublions pas que son ventre rebondi sur des jambes relativement courtes mais fort solides font de l’ogre une créature impressionnante.

Les accessoires de l’ogre sont multiples mais on retrouve systématiquement des ustensiles de chasse (couteaux, massues, bâtons…) et une hotte ou bien une cage pour y enfermer et transporter sa nourriture.

L’ogre aime se contempler longuement devant les miroirs pour se faire des sourires et admirer la simplicité de son élégance. Le langage des ogres ressemble beaucoup au langage humain, avec toutefois une simplification de la grammaire. L’ogre est capable de crier, de produire des rires effrayants, de tempêter, de menacer, ou encore de rugir, ce qui le rend intimidant et terrifiant.

Que ce soit le jour ou la nuit, l’ogre adore dormir et la puissance de ses ronflements en témoignent Il dort au moins 18 heures par jour, se couche tôt, se lève tard et fait de longues siestes, souvent dans la nature.

Traditionnellement, l’ogre est vêtu d’un gilet aménagé pour le port de ses assortiments de couteaux et fourchettes, d’une large ceinture supportant une ou plusieurs bourses d’or, d’un haut de chausses en tissu et de bottes de sept lieues. Les bottes de sept lieues permettent à l’ogre de se déplacer très rapidement. En effet, d’apparence ordinaire, ces bottes permettent de progresser par enjambées de 7 lieues, soit 31,11 km. L’ogre se déplace rapidement, dans la mesure où il peut utiliser ses bottes  car lorsqu’il s’en sépare pour les faire ressemeler, sa mobilité naturelle ne lui permet pas d’échapper à d’éventuels ennemis. Afin d’éviter tout risque de proximité avec des ennemis potentiels, ces géants se sont résolus à ne plus se laver les pieds dont l’odeur pourrait dissuader quiconque de s’en approcher. Propre par ailleurs, il dispose d’une baignoire aménagée avec un système de trappe qui lui permet de ne jamais se laver les pieds.

Les ogres sont dotés de pouvoirs magiques. On en dénombre 4 principaux : le transogre, le trésorgre, l’ogrenouement, et le disparogre.

Le transogre est le pouvoir qui permet à cette créature, quand elle le désire, de se métamorphoser en un objet ou en un être animé de son choix, ce qui la rend d’autant plus dangereuse. Il lui suffit de penser très fort à l’animal en question pour se métamorphoser aussitôt en ce dernier. Les ogres affectionnent particulièrement de se transformer en serpent, en aigle ou en lion. Mais attention, l’ogre n’ayant pas une intelligence très développé, son choix de métamorphose n’est pas toujours très judicieux. On peut, par exemple, citer la mésaventure d’un ogre qui s’était transformé en souris pour fuir le chat botté !

Le pouvoir du trésogre relève de la capacité des ogres à attirer l’or. En plus d’être les gardiens de grands trésors amassés au fil des siècles par leurs aïeuls, les ogres ont la faculté de trouver, sans en être à la recherche.,  des sources d’or.

L’ogrenouement est le pouvoir qu’a l’ogre de faire des nœuds que nul ne peut défaire à part lui-même. N’étant pas très habile, cela lui permet de maintenir attaché ses victimes, et d’assurer ainsi ses repas.

Enfin, l’ogre possède le don d’invisibilité que l’on appelle, en langage ogrien, le disparogre. Ce pouvoir lui permet de disparaître à l’instant où il le désire et pour le temps qu’il souhaite. Notez qu’à l’école, les ogrions malins se servent de ce pouvoir pour échapper aux interrogations orales de leurs maîtresses !

Troll Pleine Lune Chasseresse

Outre ces pouvoirs innés, on dit que les ogres savaient préparer, comme les magiciens, des philtres ou autres breuvages et potions magiques. N’étant pas très dégourdis, les manipulations devenaient rapidement périlleuses et il était courant que les éprouvettes et les cornues se brisent et volent en éclats. C’est pourquoi, au fil du temps, les ogres ont abandonné la fabrication de potions à l’exception de l’une d’entre elles.  Chaque automne, les ogres préparent un breuvage rouge en grande quantité qu’ils  conservent dans des barriques hautement surveillées.

Dépeints comme des brutes géantes, hirsutes, inintelligentes et cruelles, les Ogres n’ont qu’une obsession : manger de la chair fraîche. Les Ogres pensent que la force et l’esprit résident dans leur ventre. C’est donc cette partie du corps qu’ils vont protéger en particulier, en dévorant leurs victimes pour assimiler leur puissance.

Mais, à l’inverse de ce que l’on pourrait s’imaginer, l’ogre ne se nourrit pas exclusivement de viande. En effet, il mange aussi des fruits et des légumes, à condition de rester dans des proportions raisonnables. Il faut quand même préciser que  l’ogre aime par dessus tout les viandes, que ce soit de la viande animale ou de la chair humaine. Rappelons que la chair humaine, plus fine et plus délicate, reste la nourriture préférée de l’ogre, et particulièrement la chair des jeunes enfants. C’est d’ailleurs dans la consommation de la chair humaine que l’ogre puise toute sa force. Sa taille et sa force physique sont ses principaux atouts lors d’un affrontement. Résistant  plus facilement aux coups, il faut au moins trois à quatre humains pour en venir à bout.

Contrairement à l’imaginaire collectif, les ogres ne sont pas de simples cannibales. A la différence du loup qui dévore ses victimes crues, l’ogre préfère que la viande soit cuite et accommodée. Ils ont un goût prononcé pour l’ail et affectionnent d’associer son parfum, qui enchante leurs papilles, à la chair de leurs victimes. Que ce soit en terrine, à la broche ou cuite au marmiton, l’ogre préfère la chair préparée. Mais attention, le gibier humain doit être cuisiné vivant, ce qui rend la chasse difficile.

L’ogre chasseur ne doit donc pas recourir à des armes telles que des fusils, des flèches au curare ou des arbalètes. Les techniques de chasse de l’ogre sont donc toutes autres. On en dénombre trois : la lumiogre,  la pêcheogre ou l’ogrenoël.

La technique la plus ancienne consiste à allumer les lumières de la chaumière et à attendre le passage d’enfants égarés pour passer à l’action. Cette technique est sans effort mais signifie que l’on compte sur le passage d’enfants perdus à proximité de la chaumière.

L’ogre dispose d’une technique plus active de chasse, que l’on appelle pêcheogre. Le géant se cache alors à proximité d’une pâtisserie ou d’un jardin public, où il aura pris soin de placer, au centre d’une corde nouée et posée au sol, une sucette pour attirer les enfants. Lorsque l’enfant est entré dans le cercle formé par le nœud coulant, il suffit à l’ogre de tirer sur la corde. Bien entendu, cela demande à l’ogre de ne pas s’endormir ! L’ogre pratique pêcheogre dans les villages ou les banlieues, mais évite les centres des grandes citées où les enfants sont éduqués à la suspicion.

L’ogrenoël est la chasse la plus utilisée dans les villes en hiver. Revêtus d’un manteau rouge, l’ogre, placé devant les vitrines des grands magasins, attend que les enfants viennent admirer les jouets. Une fois l’enfant proche, l’ogre n’a plus qu’à se baisser pour les ramasser et remplir sa hotte.

Créatures surnaturelles qui incarnent le mal, ils vivent le plus souvent à l’écart des hommes, au coeur de la forêt, dans la montagne ou en d’autres lieux reculés…

L’ogre favorise son installation dans des contrées où les enfants sont grassouillets. Traditionnellement, l’ogre habite, au milieu des bois, dans une chaumière aux dimensions colossales et fidèles à sa condition de géant. Devant une pénurie d’ouvriers pour la construction de la chaumière, il arrive que des ogres investissent des châteaux, en utilisant leurs dons d’invisibilité pour s’y introduire avant de neutraliser tous les habitants au moyen d’ogrenouement ; de les enfermer et de les séquestrer dans une des tours. Mais l’installation dans un palais nécessite d’utiliser le pouvoir de métamorphose en une créature à taille humaine pour se mouvoir de pièces en pièces dans le château, ce qui ne rend pas cet habitat très confortable pour l’ogre.

L’ogre ne vit pas seul, mais en couple avec une femelle de la même espèce. L’ogresse est coquette et a un goût prononcé pour les couleurs vives. Contrairement à son compagnon, elle n’a pas de bottes de 7 lieues, mais porte des escarpins vernis ou des sabots cirés. Elle affectionne les chemisiers brodés à fleurs et les jupes froncés à 7 poches, dans lesquels elle peut y glisser sa progéniture car il faut savoir que l’ogresse, après une grossesse de 3 ans, met systématiquement au monde des septuplés. Pour des raisons pratiques au moment de l’accouchement, l’ogresse utilise ses pouvoirs magiques pour se métamorphoser en un petit animal, ce qui lui facilite grandement les choses.

Les ogrions naissent avec de petites dents très pointues et un appétit féroce. Leur croissance est lente : ils ne font leurs premiers pas qu’à l’âge de 4 ans, et commencent à parler vers 7 /8 ans.

Tous ces monstres dévorants sont dotés d’une remarquable longévité, mais ils sont mortels, comme les humains. On estime son espérance de vie à 513 ans pour les mâles et 541 ans pour les femelles. Malgré cette longévité de plus de 5 siècles, les ogres meurent parfois accidentellement,  victimes de l’attaque de villageois pendant leur sommeil, ou encore de ruses qu’ils ne parviennent pas à déjouer.

Bien qu’il soit régi par sa faim, l’ogre peut se mettre au service de certaines créatures pour affronter des humains. Peu lui importe la cause, il ne louera ses services de mercenaire qu’à la condition qu’il tue des humains, qu’il les mange et qu’il amasse de l’or… Ainsi, il n’est pas rare de le voir dans des armées constituées d’orques, de gobelins, ou de kobolds.

On dit aussi que les ogres s’entendent généralement bien avec les gnomes.

L’ogre incarne les forces du mal. Rencontrer un ogre est signe de mauvaise augure puisque cette rencontre s’achèvera presque invariablement par une mort affreuse pour celui qui aura croisé son chemin. Le caractère épouvantable de ce personnage est renforcé par le parallèle avec les jeunes enfants qui sont par essence des êtres innocents et faibles et dont il se réjouit tout particulièrement pour satisfaire son appétit. Par son besoin quotidien d’une ration de chair fraîche, l’ogre symbolise la force aveugle et dévoratrice.

Étiqueté